• Soulever le bas de la robe…

    Bonjour Maîtresse,

     

    Hier après-midi mon esprit était perturbé par mes pensées d’envies permanentes d’être votre soumise féminisée…

    Je suis tombée en admiration devant ce dessin de ce mâle très féminin présenté par sa Maîtresse.

    La robe magnifique pour souligner la taille, les dessous coquins et cette poitrine opulente !

    La scène à venir sous-entend que ce mâle féminisé va soulever le bas de la robe sur ces fesses pour offrir sa corolle au gode bienvenu !

    Je pense très fort à Vous notre sublime Maîtresse !

    Votre chienne Godeline.

     


    1 commentaire
  •  

    Être bagué et portant son emblème…

    Une journée, une semaine voir plus se sentir en symbiose avec sa soumission.

    Supporter son appartenance est un devoir, une religion, une contrainte, un désir de se sentir à elle en permanence

    Un acte simple ; être bagué et portant son emblème.

    Il n'y a pas que la souffrance, mais de la dévotion, l'appartenance à sublimé mon choix de m'offrir...

    Elle cliquette quand je marche, elle me rappelle ma profonde servitude, je suis à elle, mon acte de foi.

    Je porte cette allégeance avec passion et soumission.

    Je lui appartiens…

     

    Chriss SV 68 VD 175 20

    Être bagué et portant son emblème…


    3 commentaires
  • Le vêtement porté par la Dominatrice ? Par Anton…

    Une question que je me suis posée et qui me questionne fortement…

    La tenue que porte la Maîtresse quand elle vous domine est-elle très importante pour vous ?

    Être apprêtée est certes important pour moi, le regard de l’autre me semble incontournable, quand on est face à des personnes.

    Mais votre Maîtresse ?

    Faut-il qu’elle soit forcément habillée en femme dominatrice et cela la rend-t-elle alors plus sévère à vos yeux ?

    Sa tenue va alors accentuer et multiplier votre soumission ?

    Qu’elle porte du cuir ? Du latex ou tout autre ? Des dessous suggérés, en dentelle affriolante ? Cela vous excite ? Fait partie du décorum ?

    Qu’elle soit nue vous inspire ? Vous dérange qui sait ? Vous intimide ?

    Qu’elle soit habillée en tenue de ville ?

    Doit-elle être maquillée ? Mais si elle aime être naturelle et sans fards ?

    Sa coupe de cheveux est-elle importante également à vos yeux ? La couleur de ses yeux ? Sa bouche ?

    Son parfum ? Ses chaussures ? Ses bijoux ?

    Son look en tenue de « ville » aura une importance ?

    A vos claviers ! J’ai hâte de vous lire… Madame.S


     

     Bonjour,

    J’avais envisagé de répondre à cette question à l'époque de sa publication, et emporté par le maelstrom de ma vie, j'ai laissé cette réponse dans ma tête. Et votre question sur la tenue du soumis à réveiller mon esprit.

    Je vais vous livrer mes réflexions qui seront peut-être un tantinet hors sujet.

    En fait, votre demande a questionné mon passé et mes premières expériences, mes premières rencontres avec des dominatrices. Je voudrais commencer à nous narrer ce passé pour étayer mon propos à suivre.

    La première Dominatrice que j'ai rencontrée se faisait appeler Maîtresse Marika. A l'époque, je cherchais juste à prendre une fessée, et je ne connaissais pas grand-chose à la domination. Au premier contact téléphonique destiné à organiser le rendez-vous, Maîtresse Marika m'a convaincu de prendre une séance de domination et d'aller au-delà de la simple fessée.

    Je me suis alors renseigné sur Internet et découvert un florilège de Dominatrices, toutes arborant des tenues en cuir ou en latex, des jambes galbées de bas ou de nylon, les pieds habillés d'escarpins avec des talons aiguilles vertigineux ou de bottes, parfois arborant de profonds décolletés, dans des couleurs noirs ou rouges. Je venais de découvrir la représentation de ce que les Dominatrices du Web voulaient montrer. Et j'avoue que cela ne m'a pas laissé indifférent

    Quelques jours plus tard, j'arrive devant l'immeuble de mon rendez-vous toulousains. Un appel, deux appels, trois appels, elle décroche enfin, me donne les codes d'entrée, et me voilà devant sa porte. Dring, elle ouvre.

    Maîtresse Marika m'ouvre. Il s'agit d'une petite femme, vêtue d'une robe un peu indienne baba cool. Sa voix fluette montre un léger défaut de diction, un léger bégaiement que je n'avais pas remarqué au téléphone. A ce premier contact, je me sens trahi, embarqué dans une mauvaise histoire.

    Avec assurance, elle me conduit dans une chambre transformée en donjon, m'ordonne de me mettre nu, à genoux et les mains sur la tête, et elle sort de la pièce.

    De longues minutes plus tard, elle revient habillée en Dominatrice, des bottes en cuir, une jupe en cuir, et je me sens rassuré.

    La séance commence, et je ne la raconterai pas car ce n'est pas l'objet, mais gageons qu'elle ne m'a pas laissé indifférent puisque j'ai continué dans cette voie de soumission.

    J'ai été un peu long sur cette première aventure pour expliquer que, lors de mon premier contact avec une Dominatrice, j'ai été accueilli par une femme qui s'est transformé en Dominatrice après avoir vêtu son "déguisement", mais qu'il s'agissait d'une véritable Dominatrice.

    Ma seconde rencontre fut avec Maîtresse Isabella, à Avignon. A nouveau, elle m'a accueilli habillée en "femme", m'a conduit dans son donjon pour me retrouver, de longues et interminables minutes plus tard, habillée en "Dominatrice". Je ne peux m’empêcher de glisser que ce fut ma découverte de l'uro, souvenir ému.

    Mairesse Sulfure était Lyonnaise. Ce fut ma première Maîtresse "régulière". Maîtresse Sulfure n'aimait pas les tenues de Dominatrices. Elle était toujours en robe et bas ou collants, mais peu de chichis, jamais de cuir, pas de maquillage. Elle m'a beaucoup appris avant de me dégoutter des Dominatrices professionnelles. Mais ce n'est pas le sujet.

    Ce que je voulais expliquer à travers ces trois histoires, c'est que la domination n'est pas affaire de look mais de savoir-faire et surtout de savoir être de la Dominatrice. La domination ne s’habille pas.

    Une petite anecdote. A un moment, mon gout pour la soumission devint si fort que mon épouse s'en est rendu compte. Je lui ai confié que j'aimerais qu'elle devienne ma Maîtresse. Elle m'aimait vraiment très fort, si fort qu'elle s'est documenté, et tout comme moi quelques années plus tôt, elle a découvert toutes ces Dominatrices sur Internet, habillées en cuir ou latex, et toujours de manière provocante. Elle m'a avoué qu'elle ne sentait pas s'habiller de la sorte, et qu'elle ne serait jamais une Dominatrice. Je n'ai pas osé lui dire que les Dominatrices n'étaient pas toutes comme ces caricatures outrageusement provocantes.

    Pour conclure, je veux dire que, pour moi, la Dominatrice n'a pas de tenue. La Dominatrice a principalement une voix pour vous montrer la voie, des mains, des bras et des jouets. Mais avant tout une voix charismatique.

    Serait-elle nue qu'il ne serait pas possible de la regarder. J'ai plusieurs fois bu le champagne de Dominatrices, jamais elles ne m’ont laissé voir leur intimité. La nudité de sa Maîtresse, ne serait-ce pas le Graal inaccessible ?

    Tout ce que je viens d'écrire vaut pour les Dominatrices femmes.

    J'ai été le soumis de Maîtresse Olivia, travesti, et les choses furent très différentes avec Elle.

    Voilà, j'espère ne pas avoir été trop brouillon, et je me doute n'avoir pas vraiment répondu à la question.

    Mais je voulais juste intervenir sur ce sujet.

    Portez-vous bien. Madame.

    Anton.


     

    Merci pour ce long texte, tu développes fort bien un parcours, même écrit en grandes lignes.

    Et je trouve que tu exposes très bien ton point de vue.

    Car il est vrai que pour moi, la tenue n’est donc pas essentielle, je l’ai écrit à plusieurs reprises ;

    D’autant plus que c’est moi qui décide de comment je m’habille quand je reçois un soumis ou un autre. Il faut avant tout que j’ai décidé d’être sexy, simple ou décontractée ; L’essentiel est donc que ce soit mon choix, cela m’importe beaucoup. Et si le soumis n’apprécie pas, pour moi cela n’a pas d’importance.
    Je ne suis pas idiote et je sais fort bien qu’un soumis est sensible à une tenue de décorum, sexy et endiablée.

    Mais je pense sincèrement comme toi. Un vêtement ne fait pas la Maîtresse ;
    Sa voix, son assurance, sa prestance, sa présence, cela est tellement plus fort…

    Savoir-faire et savoir-être. Tout est résumé me semble-t-il.

    Tout dépendra des gouts, des sensibilités et variantes de chaque personne. Et il y en a pour tous les goûts c’est formidable non !

    Mais comme toujours je vais ajouter, à chacune et chacun de trouver son équilibre dans une relation et de trouver la tenue idéale qui fera vibrer l’un et l’autre au diapason…

    Prends soin de toi.


    Madame.S

     


    votre commentaire
  •  

    Vos yeux me foudroient…

    Bonjour Maîtresse admirée.

    Vos yeux me foudroient, me confinent dans ma condition éternelle de dévote inconditionnelle enchaînée à Vous, petite chienne domestique captive que vous avez dressée à Vous vénérer et aduler chaque jour !

    Votre Godeline.


    6 commentaires
  • Récit de ma semaine encagé pour Madame.S par Godeline.

     

    Merci Maîtresse d’avoir tout contrôle sur nos orifices, d’en maîtriser l’accès, d’enfermer notre laitance de nous aimanté par vos somptueuses photos et de nous formater à être vos salopes soumises.

    Merci de votre éducation.

    Je voulais vous informer, sachant que vous êtes propriétaire de ma chatte anale.

    Je me suis réveillée cette nuit paniquée par une douleur anale. J’ai rêvé.

    Mon anus était comme pris par une crampe de la corolle à une certaine profondeur.

    Je me sentais tétanisée... c’était Intense.

    C’était étrange, j’avais très mal en étant en communion avec Vous. Je vous entendais me murmurer «  c’est bien ma petite chienne, ainsi tu es à moi...mets-toi à quatre-pattes… Montre-moi cet anus douloureux  qui m’appartient... pousse-le... ouvre-le... »... j’avais mal... » je crois que vais t’emmener chez une spécialiste pour examen ! »

    Vous m’avez emmenée en laisse dans un cabinet. Nue, ouverte, j’ai dû subir tous les touchers et examens approfondis sous votre regard... je me suis retrouvée pluguée avec un gode diffusant un gel apaisant... le diagnostic fut bref : « cet anus a besoin d’être travaillé, assoupli... un exercice quotidien serait le bienvenu ! »

    J’étais chaude, j’ai pris un antispasmodique pour m’apaiser... Relaxée, je me suis endormie en pensant à Vous, ma Divine Maîtresse.

    En contemplation de votre photo, votre main gantée de noir sur votre sein d’une grande beauté !

    Et votre salope en communion et en souffrance acceptée...

    Belle fin de journée à Vous Maîtresse.

    Votre chienne salope Godeline.

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires