• La jeune parque…

     

     

    La jeune parque…

     

    Cette main, sur mes traits qu'elle rêve effleuré

    Distraitement docile à quelque fin profonde,

    Attend de ma faiblesse une larme qui fonde.

     

    Paul Valéry - (Charmes, 1922)

    Extrait du poème « La jeune parque ».

     

     


  • Commentaires

    1
    aaron
    Mardi 28 Août à 07:34
    Maîtresse,
    Trop agréable que cette photo de Vos Mains et du Fouet, associée aux paroles de Paul Valery... mais qui a pu prendre la photo.... le mystère a quelque chose qui Vous rend toujours plus Belle.
    aaron
      • Mercredi 29 Août à 19:46

        Paul Valéry sait nous conter les mots, j’aime… Qui a pu prendre la photo ? Tiens une bonne question ! C’est un ami photographe qui m’a proposé il y a quelques années de faire des clichés sur ma passion et il a réalisé de délicieux clichés, qui m’ont étonnés à l’époque et sont de qualité.

    2
    Godeline
    Mardi 28 Août à 10:16
    Et ainsi, Maitresse vous nous plongez dans une étude de texte...
    Godeline
    3
    Aline
    Mardi 28 Août à 10:17

    Comme j'aimerais

    qu'avec force

    et sans pitié

    ces douces mains

    me punissent

    sévèrement

    de mes honteuses

    faiblesses !

     

      • Mercredi 29 Août à 19:47

        Honteuses faiblesses… Il y a tant à pardonner dans le silence, la maladresse, mais nous avons tous nos vies…

    4
    Anton
    Mercredi 29 Août à 22:18
    Je ne sais quoi dire devant ce texte et vos photos. Je ne me sens pas à la hauteur pour commenter ce post.
    5
    Chriss
    Jeudi 30 Août à 06:32

    Des mains si belle à qui je souhaite donner toutes ma douleurs sans limite , elle sont si vénérable à me montrer le sol la ou je suis.

    Chriss SV 68 VD 175 20

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :