• Les ressentis à chaque séparation…

     

    Les ressentis à chaque séparation…

    Maîtresse,

    A vrai dire, dès le départ de notre relation ou plus exactement, devant ce phénomène d'assujettissement... j'ai toujours su que Vous et moi, avions une psychologie commune qui nous ferait durer dans le temps et cela, par rapport à Vôtre Destin devant lequel, je me suis incliné dès les premiers instants.

    Cependant un jour, je me suis senti tellement esseulé, que je Vous ai demandé la séparation, pensant que Vous aviez plus envie de jeter mon collier plutôt que de subir le sentiment envahissant de ce soumis.... alors que c'était tout l'inverse..!!!...

    Heureusement que Vous avez su ce jour-là, par Votre Indubitable Persuasion, me présenter, ce contrat d'esclavage, qui fermait définitivement les portes à toutes décisions malheureuses, me concernant....

    Après toutes ces années, où nos rencontres n'ont jamais cessé de nous épanouir, je n'ai jamais eu à souffrir d'émotions destructrices, au moment où nous devions nous séparer.

    La raison en est simple, Vous incarnez si parfaitement, cette notion d'espoir et d'avenir, que le vide ne peut prendre place dans la profondeur de ce rapport si particulier, de la Dominatrice et de Son esclave...

    Devant Votre Regard, Votre Psychologie,

    Votre Sensualité, auxquelles, j'aime adhérer sans me poser la moindre question, j’aime me sentir guidé puis submergé, par ces émotions, que Vous Seule, maitrisez à merveille.

    Même si je préfère 100 fois Vous rencontrer plutôt que devoir Vous quitter, nous savons, Vous et moi, qu'il y aura toujours une prochaine fois, où l'on s'efforcera d'être encore plus convaincant l'Une pour l'autre...

    Merci d'avoir su tisser cette liaison parfois affligeante, mais tellement passionnante pour nos deux esprits.

    Aaron.

     


     

     

    Voilà encore un très bel écrit de ta part. Les mots semblent si évidents et pourtant…

    Il est vrai qu’il semble naturel que nos routes se poursuivent pour aller dans le même sens ; celui de la fidélité, du partage et l’envie d’y croire, sans nous poser de questions ; Car nous savons, toi et moi, que cette relation, durable, sera éternelle, si toi et moi en avons envie.

    Il y a un instant pour nous voir ; partager, rêver ; subir ; Oser… Tant à dire. Tous les mots ne suffisent pas.
    Il y a un instant pour nous quitter, c’est cela la vie.

    Le manque, cruel ressenti ; il est là, vivace, mais il faut savoir l’apprivoiser et y croire pour continuer d’avancer.
    Ce que nous faisons, toi et moi, comme je l’ai dit, sur un chemin, tracé et rempli de fleurs…
    Continuons d’avancer sur celui-ci.

    Madame.S

     


  • Commentaires

    1
    Aline
    Mardi 15 Mai à 11:45

    Ah la la
    mais rien n'est éternel
    dans ce bas monde !
    Tout a une fin
    La seule solution :
    profiter
    du sentiment
    d'éternité
    dans l'intensité
    d'un moment ...

    ... d'éternité !
    Aline en attente d'éternité !!!

    2
    Sixtytwo
    Mardi 15 Mai à 12:17
    Merci pour ce beau texte,je me sens proche d'Aaron tant je suis concerné par ses écrits, il a pour lui l'ancienneté, moi j'ai envie d'apprendre Merci Madame, Merci Aaron pour ce que vous m'apprenez.!
      • Mercredi 16 Mai à 21:02

        A chaque pas tu avanceras ; tu ne pourras « rattraper » l’avance d’Aaron mais tu pourras tenter de faire de ton mieux.

    3
    Chriss
    Mardi 15 Mai à 18:44

    Très jolie formule de la part des deux on recent une vrai passion et un grand respect .

    Chriss S V 68 VD 175 20

      • Mercredi 16 Mai à 21:04

        Le temps à fait s’installer ce respect dans la relation. Mais tout le monde peut y parvenir, avec respect et confiance.

    4
    aaron,
    Mardi 15 Mai à 23:32
    Maîtresse,
    Comme Vous le dites merveilleusement, il nous faut savoir apprivoiser ce manque.
    aaron
      • Mercredi 16 Mai à 21:06

        Et pourtant, tu sais que je déteste ce manque… Mais nous devons vivre avec !

    5
    Anton
    Dimanche 3 Juin à 16:47
    Merci Aaron pour ce texte.
    Désolé de le raconter sur le blog de ma maîtresse, mais il me ramène à l'époque où j'étais le soumis de maîtresse Olivia sous contrat.
    Il me rappelle ces manques après une rencontre, cette impatience de la nouvelle.
    Et il me rappelle la rupture, une rupture brutale, qu'elle n'a pas plus voulu que moi, mais que nos égos n'ont pas su empêcher, n'ayant pas eu le courage de nous avouer combien notre relation hors normes comptait pour nous.
    Merci
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :