•        

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.

             

    Sous Vos Yeux…

    Voilà, je quitte la route principale et emprunte cette petite route qui me mènera dans le vallon, écrin de verdure, de Madame S.

    Il ne me reste plus que neuf minutes à rouler alors cela fait neuf années que je ne me suis retrouvée aux pieds de ma Maîtresse.

    Le trajet a été l’occasion de me remémorer notre dernière entrevue, pleine de sensualité, d’espièglerie... Plus le but de mon voyage approchait et plus le temps semblait s’étirer, un étrange mélange de sérénité et d'excitation s'emparait peu à peu de moi.

    Je suis encore déguisée (en homme) alors que j’arrive devant la maison de ma Dame.

    Je ne peux empêcher mon cœur de bondir alors qu'Elle sort de sa demeure.

    Ma Dame m’apprend très vite qu’Aaron ne pourra malheureusement pas rester et devra incessamment partir.

    Alors que nous franchissons le seuil de sa maison, je croise Aaron et nous échangeons un bonjour joyeux. Je n’aurai pas eu le temps de mieux faire connaissance avec Aaron, alors qu’il me laisse admirative, et regrette un peu de le voir partir.

    Enfin, "voir" est une façon de parler, car dès notre arrivée dans la cuisine de Madame S. je me suis précipitée à Ses pieds.

    C’est à genoux, mon front contre Ses pieds délicats que j’entends Aaron faire ses préparatifs. Ma Dame discute avec Son sujet, évoque leurs activités du matin, s'amuse de me voir à genoux, je me permets de déposer de délicats baisers du bout des lèvres sur Ses orteils frais, j'entends parler d’aiguilles, je frissonne, je caresse avec mes joues lisses Ses chevilles, j' apprends que Aline a eu la permission de se reposer suite à la séance matinale, je promène le bout de mon nez sur Ses pieds. Comme si toutes ces années passées n'existaient pas, me voilà revenue à ma place, là où je suis moi, aux pieds de ma Maîtresse. Je savoure chaque minutes passées ainsi agenouillée, je savoure le contact de Ses pieds toujours frais, je me délecte du son de Sa voix qui souffle le chaud et le froid, de temps en temps Ses ongles parcourent mes cheveux....

    Ma Dame m indique qu’Aaron va partir, je me redresse et c'est un peu triste que je lui dis au revoir.

    Ma Dame me permets de la suivre jusque dans la salle de bain et me dis que je peux me changer, alors qu'Elle se rend auprès d'Aline.

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.

    Je quitte très vite ces habits masculins et ouvre le sac dans lequel j'ai emmené mes petites affaires.

    Je suis nue, nue de toute pilosité, dans tous les recoins de mon intimité.

    J'enfile mes bas résilles, les ajustant très haut sur mes cuisses. Puis je glisse mes pieds dans des ballerines noires vernies à petits talons sans prétention. Perchée un peu plus haut, mes hanches s'arrondissent, mes fesses sont légèrement cambrées. Je referme autour de ma poitrine le soutien-gorge noir et promène mes mains sur le tissu, caressant au travers mes sensibles petits tétons.

    J'entends Madame S. et Aline parler au rez de chaussé sans bien distinguer leurs propos, mais la bonne humeur règne.

    Je coiffe du bout des doigts mes nouveaux cheveux blonds qui tombent sur mes épaules et encadrent mes yeux. Je me glisse dans la petite robe que j'ai achetée quelques jours plus tôt. Elle est noire, fendue, s'arrête sous le genou, cintrée autour de mes hanches, elle laisse mes bras nus. Dans le sac, une culotte noire en dentelle transparente ou un string noir sobre.... Dilemme....

    Je pose poliment la question à ma Dame depuis l'étage supérieur, et pour s'amuser ma Dame demande Aline de choisir. Je découvrirai un peu plus tard qu'Aline n'est aucunement dénuée d'humour, et je l'entends répondre : "sans culotte", suivi d'un petit rire.

    Pour que cette partie de mon intimité soit aussi habillée, je place autour de mes couilles douze élastiques de quatre couleurs différentes. Ma Dame et Aline sont à l'étage à présent, et Elle choisit la tenue pour sa soumise. J'entends parler de corset, de bas, j'entends ma Dame rire.

    Me voilà presque prête....

    Ma Dame me rejoint dans la salle de bain.

    Nos regards se croisent et je sais alors que suis là. Vivante, libre d'être moi, Natacha, grâce à Elle, Sylvania. Il y a neuf ans, dans un acte de bonté ma Dame m'a donné le jour, et je ne La remercierai jamais assez pour cela. Nous revivons les mêmes instants.... Mon menton posé dans le creux de Sa main, ma Dame me poudre le visage, je sens Son souffle sur mes joues, Ses yeux verts forêt sont si proches des miens... J'ai tellement envie de plonger dedans, mais mon statut ne le permet pas et je baisse le regard de manière candide. Du fard bleu et gris métallique et du mascara noir sur mes paupières. Du rouge sur mes lèvres. Me voilà prête. Heureuse de me montrer à Madame S.

    …. Je fais un petit tour sur moi-même. Je rougis en en entendant Ses compliments.

    Elle pose un dernier regard, semble réfléchir puis me tend des petites boucles d'oreilles fleurs bleues assorties à mes yeux. Mon cœur fond, heureuse, troublée, fière de porter ces ornements que ma Maîtresse a Elle-même portés.

    Elle m'invite à la suivre dans Sa chambre. J'ose à peine franchir le pas de cette porte. Jamais je n'aurais pu imaginer que je pourrais voir l'endroit où ma Dame passe Ses nuits; là où Elle lit, écrit, rêve...

    Me voilà face à Aline, toute intimidée, mes paupières papillonnent. Je lui décoche des petits sourires timides et enjôleurs. Je suis une petite chienne timide. 

    Madame Sylvania prend place dans Son fauteuil qui est face au lit et nous regarde, Aline et moi, debout devant Elle, suspendues à Ses lèvres, dans l'attente d'un ordre.

    Ma Dame décide d'être spectatrice et de nous laisser aller à nos envies.

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.

    Je ne connais Aline que depuis quelques minutes seulement, mais je me retrouve instantanément à genoux devant elle, le nez au niveau de son sexe encore caché par un pan de tissu noir.

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.

    Les mains dans le dos, je pousse le bout de tissu de côté avec mon nez et peu admirer une jolie queue parcourue de jolies veines, je ne peux résister aux deux couilles qui se présentent devant moi et les gobe délicatement l'une après l’autre. J'entends ma Dame soupirer d'aise et sourire doucement, je devine Son regard malicieux.

    Il faut dire qu'une certaine frénésie s'empare d'Aline et de moi. Je l’entends respirer, ronronner, lâcher des petits bruits de contentement. Je prends son membre dans la bouche, le décalotte dans ma bouche et le caresse avec ma langue. Ma Dame s'amuse de voir les traces de rouge à lèvres laissées sur sa queue tendue, sur ses couilles rondes.

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.

    J'ai du mal à me souvenir avec précision de l’enchaînement des événements, tout va très vite mais au ralenti....

    Je prends au fonds de ma gorge la belle bite d'Aline, je me sens chienne, je suis chienne, ma Dame plonge Son regard dans le mien alors que je m'étouffe sur le sexe d'Aline et que coule mon mascara sur mes joues. Mes doigts caressent les couilles d'Aline, mais aussi ce petit endroit lisse entre les couilles et le petit trou. Je prends un malin plaisir à tourmenter Aline en n' allant pas plus loin, je suis une petite allumeuse.

    A tout moment je cherche ma Maîtresse du regard, j'aime La voir nous regarder, j'aime le sourire sur Sa bouche, j'aime entendre Ses commentaires alors que je donne du plaisir à Aline :

    "Quelle petite chienne cette Natacha, n'est-ce pas Aline ? Tu as vu sa croupe ?"

    Il faut dire que ma robe est remontée sur mes fesses et que ma Dame peut voir mes couilles étirées entre mes cuisses gainées.

    Je ne sais plus comment, à quel moment, mais Aline est allongée en dessous de moi maintenant et mes couilles se retrouvent dans sa bouche, oui, les deux. Et, non satisfaite, Aline met un point d'honneur à aussi avaler ma queue et les trois se retrouvent au chaud dans sa bouche.

    Je capte à nouveau le regard de ma Dame. Je vis à travers lui.

    Je ne sais combien de temps nous avons passé dans la chambre de Madame S. à nous caresser, à nous sucer, lécher pour Son plaisir. Aline me suce, effleure doucement mon petit trou.

    Je l'entends respirer de plus en plus vite, remarque qu'il se branle à mes pieds alors que ma queue palpite dans sa bouche.

    Ma Dame lui permet d'avoir du plaisir....

    Ma tête tourne doucement. J’imagine qu'un sourire ne quitte plus mes lèvres.

    Ce n'est pas grave si je n’ai pas joui. Mon bonheur est ailleurs. C'est celui d'exister aux yeux de ma Dame, de pouvoir être moi sous Ses yeux, grâce à Ses yeux. La petite Natacha est Sa petite chose, Son petit chat, Sa petite chienne. Chaque instant passé en Sa compagnie est gravé dans ma mémoire.

    Une douce nostalgie, s'empare déjà de moi. Il parait qu'un mot russe décrit à la fois la tristesse et le bonheur, c'est un peu comme ça que je me sens alors que j'ai quitté ma petite robe.

    Nous sommes attablés à la cuisine, au service de ma Dame qui nous permet de manger en Sa compagnie un délicieux filet mignon qu'Elle a Elle-même préparé.

    Je suis honorée (et un peu surprise) de pouvoir partager Son repas.

    La soirée se terminera doucement autour de la table. C'est toujours une joie immense que de pouvoir converser avec ma Dame.

    J'aurai du mal à parler de mon retour. Alors que dans l'obscurité je laisse derrière moi la demeure de ma Dame, cette joyeuse nostalgie m'envahi à nouveau. Les kilomètres s'égraineront lentement à contre cœur...

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.

    Impressions de Natacha suite au moment partagé avec Aline.


    27 commentaires
  • Je l’ai sucé goulument…

     

     

    Je l’ai sucé goulument…

    Le petit vermisseau et la grosse queue.

     

    Je l’ai sucé goulûment…

    Il est arrivé.

    Je lui ai proposé un café, et pendant qu'il se faisait, il a pris une douche.

    Je l'ai rejoint dans la salle de bain et j'ai lavé son sexe, ses couilles.

    J'étais encore habillé.

    On est allé au salon, je me suis dévêtu.

    Il est resté debout, je me suis assis face à lui.

    Je me suis occupé de son membre épais. Le caressant, le massant; je l'ai léché, sucé, avalé.

    Il est devenu dur dans ma bouche. Je me suis attardé sur son gros gland, le rendant tout brillant.

    Puis je lui ai placé des élastiques, à la base de son sexe, autour des couilles (je n'ai pu en placé que 4, alors que j'en mets une dizaine :).

    Et j'ai pris mon temps, pour le faire jouir.....

    Merci de partager tout cela avec moi…

    Natacha. Votre…

    Je l’ai sucé goulument…

     

     

     

     

     

    Je l’ai sucé goulument…

     

     

     

     

     

    Je l’ai sucé goulument…

     


    15 commentaires
  •              Souvenirs, souvenirs…

    Sous la table, je découvre les pieds chaussés des Maîtresses... Je suis troublé...

     

    Comme toutes les belles histoires, celle-ci commence aussi par « il était une fois »…

    Il était une fois le 8 novembre 2008…

    Petit vermisseau entre Ses mains, je ne m’attendais pas du tout à être invité par Madame S.  Au premier anniversaire du Cercle des Dominatrices de l’Est, qui se tenait dans une jolie maison cachée dans les montagnes vosgiennes.

    Elles étaient sept, dont Madame S., chacune avec leur soumis, réunies pour échanger, discuter, se faire servir et profiter de la « bonne chair ».

    Ce week-end marque une date importante dans ma vie de petit vermisseau parce qu’il fut l’occasion d’une révélation pour moi, et c’est Madame S. qui me fit voir et comprendre.

     Souvenirs, souvenirs…

    Alors que toutes les Dames étaient assises autour de la grande table de la salle à manger, Madame S. me fit un signe et m’entraîna dans Son sillage vers Sa chambre à l’étage.

    Ne sachant pas quel sort Elle me réservait, mon corps entier, totalement épilé, tremblait doucement.

    Elle me demanda de quitter les quelques habits que j’avais sur moi (une chemise blanche, un nœud papillon noir et un boxer blanc qui laissait mes fesses apparentes en toutes circonstances). Elle me fit sortir de mon bagage quelques affaires qu’Elle m’avait demandé d’apporter : de longs gants noirs, une petite culotte en dentelle noire, un soutien-gorge noir, une paire de sandales noires à petits talons et une perruque.

    Ceci étant fait, Madame S.  Ouvrit sa valise et en sorti la plus jolie petite robe noire que je n’avais jamais rêvé de porter.

    Elle me la tend, me demande de l’enfiler. Elle me fait asseoir en face d’Elle, met en place la perruque. Elle saisit mon visage dans Sa Main. Ses yeux sont si près des miens, ils sont si verts, je n’ose à peine les regarder. Puis avec une infinie douceur, une extrême application, Madame S. saupoudre mon visage pour qu’il devienne porcelaine, habille mes yeux de mascara, de poudre colorée, dessine mes lèvres avec un rouge brillant et mutin, donne à mes joues une tonalité rose coquine.

    Je n’étais plus moi. Je n’étais même plus là, j’avais quitté la pièce…

     Souvenirs, souvenirs…

    A ma place était assise une jeune femme soumise et espiègle, qui se demandait encore comment elle était arrivée dans cette chambre et surtout qui elle était.

    Née entre les mains de Madame S., Sa création.

    C’est de Sa bouche que j’entendis pour la première fois mon nom…. « Tu seras Natacha, la petite Natacha… ».

    Jamais je ne pourrai prouver toute la gratitude que j’ai pour Madame S., je ne La remercierai jamais assez de m’avoir offert cette part de moi-même, d’avoir permis à la petite Natacha de naître.

     Souvenirs, souvenirs…

    Coquine Natacha, qui une fois redescendue, se retrouve très vite mêlée aux autres soumis.

    Je me sens toute émoustillée d’être la seule fille en cuisine avec les autres soumis. Ils me frôlent, parfois je les surprends à regarder mes longues jambes. Est-ce que je rêve, ou celui-ci regarde mes fesses bouger sous la petite robe noire ? Je balance doucement mes hanches lorsque je marche à petit pas sur mes petits talons, fais semblant de ne pas remarquer lorsque je me penche, que ma petite robe remonte sur mes cuisses.

    Coquine Natacha, qui est maintenant là, debout parmi les autres convives, et qui regarde Madame XXX pratiquer le shibari sur son mari soumis. Elle a noué avec grands soins de longues cordes autour de son corps, prenant tout son temps pour placer et faire les nœuds. Puis avec une corde plus fine, Madame XXX s’occupa du sexe de son soumis.

    Je n’avais d’yeux que pour lui, non pas le mari, mais son sexe, et surtout, ses couilles. Son membre, bien qu’étant placide, était très épais, long et doté d’un gland que l’on pouvait deviner imposant. Ses couilles étaient rondes, lourdes, dodues, appétissantes.

    Je me rêvais à genoux devant ce monsieur, je voulais le prendre dans ma bouche, sentir sa queue palpiter sous mes doigts, tenir ses bourses dans la paume de ma main.

    J’en mourrais d’envie, frottais mes cuisses l’une contre l’autre, lançais de temps en temps des regards vers ma Maîtresse pour essayer d’attirer Son attention sur mon désir.

    Bien que je sois une petite coquine parfois mutine, je n’ai pas osé prendre l’initiative d’y aller, cela aurait été un manque total de respect pour Madame S.

    Cela ne sera pas pour cette fois, petite Natacha, patience….

     

    8 ans maintenant.

    Ma vie à bien changé, je ne vois que trop rarement Madame S. mais le petit vermisseau et la petite Natacha sont toujours là.

    Le souvenir de cet instant partagé avec Madame S., toujours très vivace, revient souvent trotter dans ma tête. Le désir d’être à genoux devant un homme toujours aussi présent…

    A suivre…

     

    Souvenirs, souvenirs…

    De merveilleux souvenirs, ancrés pour moi aussi dans ma mémoire. Quelle nostalgie, une larme à l’œil…

    J’aime ce récit qui me ramène inévitablement en arrière et je me souviens… Merci d’avoir su retracer ces instants, où j’ai fait naître Natacha, pour qu’elle ose, pour toujours…

    Nous avons encore tant de choses à vivre, même si il est vrai, nous ne nous voyons que trop rarement.

     

    Vous retrouverez les aventures de Natacha sur son blog, qui n’est pas souvent actualisé, mais vous pourrez y découvrir de bien belles images troublantes…

    Madame.S

    Lien vers les pages de Ma Natacha :

    http://lapetitenatacha.erog.fr/#


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique