•  

    Baskets M. S. !!

     

    Alors que je revenais d'un périple inoubliable à Strasbourg, que j'avais rencontré une femme incroyable, une Maitresse humaine et sévère, qu'elle ne fut pas ma surprise en rentrant dans ma Belgique natale !

        Comme pour fêter cette rencontre, ils ont fait des baskets avec ses initiales !!!

                                               Votre Sixtytwo…

     


    7 commentaires
  •  

      Et un jour une femme….

     

    Une chanson qui me fait penser à Vous.
    Votre Sixtytwo...

     

    https://www.youtube.com/watch?v=xTA_RIp5I6E&feature=youtu.be

                             

    Et un jour une femme - Florent Pagny (paroles)

     

    D'avoir passé des nuits blanches à rêver

    Ce que les contes de fées vous laissent imaginer

    D'avoir perdu son enfance dans la rue

    Des illusions déçues passer inaperçu

     

    D'être tombé plus bas que la poussière

    et à la terre entière

    En vouloir puis se taire

    D'avoir laissé jusqu'à sa dignité

    Sans plus rien demander

    qu'on vienne vous achever

     

    Refrain:

    Et un jour une femme

    dont le regard vous frôle

    Vous porte sur ses épaules

    Comme elle porte le monde

    Et jusqu'à bout de force

    Recouvre de son écorce

    Vos plaies les plus profondes

    Puis un jour une femme

    Met sa main dans la votre

    Pour vous parler d'un autre

    Parce qu'elle porte le monde

    Et jusqu'au bout d'elle même

    Vous prouve qu'elle vous aime

    Par l'amour qu'elle inonde

     

    Jour après jour vous redonne confiance

    De toute sa patience

    Vous remet debout

    Trouver en soi un avenir peut-être

    Et surtout l'envie d'être

    ce qu'elle attend de vous

     

    Refrain

     

    Et un jour une femme

    Dont le regard vous touche

    Porte jusqu'à sa bouche

    Le front d'un petit monde

    Et jusqu'au bout de soi

    Lui donne tout ce qu'elle a

    Chaque pas chaque seconde

    Et jusqu'au bout du monde

    Jusqu'au bout du monde

     

    Parlé

    Jusqu'au bout du monde

    Parce qu'elle porte le monde

     


    3 commentaires
  •  

    La rencontre…

     

    Arrivé le premier, l'appréhension de n'être pas au bon endroit, la peur de vous voir repartir en ne me voyant pas dans la voiture.

    Et face à Vous, impressionné, ne sachant pas si je peux vous faire la bise, le baise main, je suis troublé, Votre double personnalité me frappe, attentiste et déterminée…

    Le contrat ; Je me suis mis dans la tête, de réaliser vos rêves, mais aussi de vous rendre heureuse, sacré challenge, mais je confirme encore aujourd'hui que j'en suis capable, deux prières d'achoppement : les finances - la distance peu m’importe…

    Le restaurant : Je crois personnellement que nous n'avons pas tous les jours connaitre de telles tables, une première se devait d'avoir un tel standing. Bonne conversation pour me faire oublier mon stress, dommage les portables sont jaloux... vos soumis sont-ils en train de penser à Vous ? Nous ?

    Retour à la voiture et là on emporte un sac qui pèse deux tonnes et Madame sort une feuille de son sac. Elle me montre une réservation d'hôtel.... Je n’y crois pas.

    La première : j'ai vraiment adoré cette visite de Strasbourg qui m'a emmené à l'hôtel. Je savais que c'était un de mes examens d'entrée, séance qui ne se fait d'habitude pas à la première rencontre, mais Madame avait certainement pitié de ces 521 km fait pour Elle, ou Avait-elle vraiment envie de corriger ce fameux Sixtytwo pour les deux erreurs importantes que j’avais déjà commises !

    Nous avons roulé vers le lieu qui allait me faire devenir son soumis…

    La réception. La réservation…

    Nous prenons l’ascenseur ensemble.

    A peine entrés dans cette très belle chambre du 7e étage de cet hôtel renommé, je dus me déshabiller devant Madame, installée dans le fauteuil, étant privé de mes sous-vêtements, je fus très vite mis à nu.

    Gêné de me dévoiler devant une dame que je connais à peine. Elle me met mon collier et tient la laisse.

     

    La rencontre…

     

    Permission de lui enlever ses chaussures d'été, j’avais bien sûr regardés ses jolis pieds dès que je le pouvais quand nous étions dans le centre-ville de Strasbourg, en prenant notre déca sur une terrasse, en allant au restaurant.

    Elle me demande de m'agenouiller…

    J'entreprends de passer son pied puis l'autre sous mes baisers et ma langue entre les orteils, moi qui n’ai jamais fait cette chose, je me prends au jeu encouragé par des soupirs de bien-être.

    Quand j'entreprends de monter mes caresses un peu trop haut, Madame se lève prenant sa cravache me rappelle qu'il y a des interdits je redescends donc vers les pieds et tout se passe bien…

     

    La rencontre…

     

    Elle me demande alors de me coucher sur le lit, sur le ventre tout d'abord, je n'ai pas de bâillon, j'ai peur de crier…

    Elle me répond que les chambres sont insonorisées.

    Elle débute par cette fameuse cravache les petits coups me réconfortent dans l'idée de la douleur, mais les coups s'intensifient, elle y met de la force, comme pour me tester…

    Elle change de cravache et recommence, et puis il y a cette baguette parisienne, qui Elle met de la douleur sur les marques déjà laissées.

     

    La rencontre…

     

    Je tiens le coup.

    Elle me semble fière de son travail, elle se met plusieurs fois sur mon dos de tout son poids, quelle sensation moi qui suis bloqué en dessous !

    Elle me fait mettre sur le dos, entravés de menottes aux poignets et aux pieds, c'est vraiment impressionnant !

    Elle fait des va et vient et avec quelque chose en mains mais qu'est-ce donc !? Je suis inquiet !

    Des pinces à tétons !!! Le travail des tétons me fait vraiment souffrir je mords sur ma chique mais il y en a certaines qui font vraiment mal !

    Et quand une moins douloureuse arrive, il y a des crans qu'elle règle avec un sourire sarcastique…

    Ah ! Son regard, délicieux. Je chavire...

    La première séance a en grande partie a été consacrée au travail de mes tétons, mais je ne peux oublier cette bougie à la brûlure intense. Ce que je ne savais pas c'est qu'elle avait une sœur encore beaucoup plus intense...heureusement cela n'a pas duré mais Madame s'est amusée à prendre des photos...

    Il y a aussi eu cet écrasement des testicules avec son pied tout compte fait être Maitresse demande de l'agilité car c'est sportif !

    J'oublie peut-être des choses tellement cela été intense pour moi, mais c'est incroyable sa façon de passer de la sévérité à la douceur, je n'oublierai pas les moments qu'elle a passé allongée près de moi alors qu'elle me torturait les tétons et que enchaîné je ne pouvais la toucher !

     

    La rencontre…

     

    Le final : j'ai déjà été un grand privilégié, je le sais d'avoir connu tout cela dès notre première rencontre mais le summum c'est ce masque qui cache la vue où l'on ne voit que par l'ouïe et cela est si déstabilisant.

    Sur le moment on pense à tout ! Et tout à coup on sent quelque chose au-dessus de nous, est-ce la dégustation du champagne, non pas cette fois ci !

    Madame est perverse et a su jouer avec mes nerfs !

    Je ne puis m'empêcher de me branler. Madame me le permets.

    Elle se couche près de moi, on se parle quel moment extra.

    J'ai vécu des moments formidables, je me suis étonné moi-même de ce que j’ai pu supporter, alors que j'avais pensé à une torture de la bite et des couilles !

    Mais Madame décide !

    Le travail a été réservé aux fesses et aux tétons, quand je ressens aujourd'hui les douleurs qui subsistent, c'est peut être mieux ainsi mais d'autres leçons m'attendent, plus qu'à attendre la convocation !

    Madame S vous êtes une Déesse, je serai à tout jamais prêt pour venir quand vous m'appellerez, votre double personnalité est terrible car vous en changez sans qu'on s'y attende.

    Vous êtes très humaine, prévoyante et inspirait la confiance, j'ai fait une rencontre qui me restera gravée dans mon cœur, dans ma chair .....Mais aujourd'hui c'est dans les tétons ! Impossible de les frôler je suis en manque de vous.

     Votre Sixtytwo...

     

    La rencontre…

     


     

     

    J’ai apprécié ta façon de narrer cette journée ainsi que notre rencontre.

    Il y a aurait tant à dire ! Mais je ne souhaite rien ajouter ; Cela reste pour moi, non entre nous. Car toi et moi étions présents et envieux de partage. La rencontre, le restaurant ; l’hôtel… Tant de souvenirs, déjà…

    Tu as eu beaucoup de chance. Certains pourraient croire à un traitement de faveur. Mais tu as simplement mérité cet instant partagé dans cette chambre dont tu décris quelques instants ;
    Je n’ajouterais rien. Juste que tu mérites amplement de faire partie de mon cheptel dorénavant et que j’espère que nous vivrons d’heureux moments à l’avenir, complices et respectueux…

    Madame.S

     


    10 commentaires
  •  

     

    Madame… en chanson…

    Bravo Sixtytwo je connaissais cette chanson de Claude Barzotti mais j’avais oublié les paroles !

    Des paroles destinées à votre Divine Madame. S ne pensez-vous pas mon cheptel ?

    https://www.youtube.com/watch?v=2CG9eDfZRYE

     


    6 commentaires
  •  

    Je vais la rencontrer aujourd’hui…

    Le jour J est enfin arrivé ! Je vais prendre la route pour la rejoindre ; Enfin…

    A Strasbourg. La route va me sembler longue depuis la Belgique jusqu’à son regard émeraude.

    La rencontrer. Mon dieu que cela est délicieux !

    Je vais être face à Elle, j'en frissonne déjà !

    J’ai rêvé de cela, je le partage avec vous pour le blog…

    « Ayant réservé un restaurant à hauteur de sa classe, nous voilà face à face pour parler de tout et de rien, quand tout à coup, elle met la main dans son sac à malices et en ressort un petit récipient qu'elle me tend à bout de bras en lançant : «  Vas-y et rempli le, ne me déçoit pas ! »

    Je me levai et parti vers les toilettes le récipient caché dans la paume de ma main…

    Arrivé aux toilettes, je m'enfermais et pensais : " Elle n'a peur de rien faire cela devant tous ces gens !"

    Je remplis le pot et me dit que j'ai réussi mon test, que je serai accepté dans son cheptel !

    De retour à la table, Elle avait le sourire aux lèvres et me dit très bien, tu ne m'avais pas menti tu es resté bien sage sans te toucher !

    - Oui Madame, pour vous je ferais tout.

    - Tout ? Alors boit-le !

    - Mais Madame tous les gens....

    - Ne t'en occupe pas. Boit !

    Pour ne pas la décevoir je bus ce liquide encore chaud mais je me suis pris la honte de ma vie !

    Sixtytwo.

     


     

     

    Nous allons effectivement nous rencontrer toute à l’heure ; Je sais combien tu as attendu cette date et combien cela compte pour toi. J’espère que tu ne me décevras pas et que tu seras un bon sujet obéissant, sage et droit.

    Tu es sur la bonne voie. Tu as tout à apprendre, je vais te guider.

    Nous déjeunerons au restaurant gastronomique le « 1741 ».

    Tu seras rougissant.

    Moi, assurée et dominante. Mais tu rencontreras aussi la femme, l’autre. Différentes facettes en moi…

    Madame.S


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique